Voici un sculpteur à l’œuvre atypique, immédiatement identifiable. Expressionniste sans aucun doute. Puisant son inspiration dans les angoisses de l’être humain, dans ses pulsions cachées, dans ses tourments, Hans Jorgensen va droit au but et nous dévoile abruptement, sans prendre de gant, une sculpture émouvante, du bois dont on fait la chair de nos souvenirs, une sculpture comme prise sur le vif, sauvée du néant par un sortilège dont lui seul a le secret. Chaque œuvre semble s’être figée brutalement, dans un dernier sursaut. Comme si l’artiste avait voulu saisir le dernier souffle de vie, l’ultime instant avant que tout s’immobile à jamais.

Exposition visible à la galerie Jean-Marc Laik, Koblenz (Allemagne) jusqu'au 6 octobre 2014.

Retour à l'accueil