Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Miroir de l'Art

Le blog de Miroir de l'Art

Les coups de cœur, les coups de gueule, les belles rencontres de Ludovic Duhamel, Rédacteur en Chef du magazine papier Miroir de l'Art.


Attention talent : Christine Trouillet

Publié par Miroir de l'Art sur 24 Juillet 2013, 14:16pm

 

6-Ch.Trouillet_soiree-particuliere-huilesurtoile_-116x81c.jpg

 

Au cœur de nos demeures s’accumule, sans que l’on en est toujours conscience, le sel des vies qui s’y croisent et s’y rencontrent, à l’exemple des vagues successives de l’océan qui viennent déposer sur les rochers le souvenir du grand large. Ce résidu impalpable, chargé d’électricité, chargé de rires, de joies, de silences, de peines, plein d’insaisissables souvenirs, marque les lieux que nous fréquentons d’une durable empreinte. Ainsi, il n’est pas rare qu’en pénétrant dans une pièce où l’on n’a jamais mis les pieds, on ressente certaines vibrations, comme si les objets, les meubles, les tissus nous chuchotaient l’histoire des lieux. Il existe même certains endroits où sont perceptibles les heurts et les malheurs d’antan, et d’autres où l’on se sent bien, sans savoir pourquoi.

Christine Trouillet peint ce mystère, ce subtil parfum qui émane de l’intimité des lieux de vie. Ce n’est pas seulement la « trace » qu’elle saisit à la pointe de son pinceau - cette rencontre entre la lumière et l’objet - c’est aussi et surtout la rencontre entre la matière et l’esprit. Et si nul personnage n’apparait sur la toile, sont visibles en filigrane les êtres qui hantent ces chambres, ces salons, ou qui les ont traversé. Non pas comme le ferait quelque fantôme, quelque esprit revenant, mais comme le font donc les vies au travers de leurs actions quotidiennes, de leurs humeurs, de leurs goûts, de leurs façons d’être.

Il y a ici dans cette manière de saisir le réel toute la sagacité d’une artiste déterminée à ne représenter que ce qui affleure à la surface, le reflet des choses, le goût du monde. Quelques chaises, une table, des chandeliers, suggérés avec subtilité, sans forcer le trait, et c’est une vision presque irréelle qui transparait, une scène subliminale dans laquelle se racontent les récits d’agapes passées et à venir. Ici un divan profond sur lequel on a jeté un vêtement ocre, dans un geste d’impatience, et qui attend que les choses retournent à la normale, qui attend qu’on le sorte de sa torpeur, que vibre de nouveau l’atmosphère autour de lui.

Christine Trouillet immortalise le quotidien, en extrait le substrat, nous le donne à voir en lui conférant cette once d’intemporalité qu’il porte en lui, et en cela sa peinture est porteuse d’un message d’éternité.


Christine Trouillet expose à la galerie LBL à La Flotte en ré (17)  du 18 juillet au 4 août.

 

IMG_4808hd.jpg

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents