Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Miroir de l'Art

Le blog de Miroir de l'Art

Les coups de cœur, les coups de gueule, les belles rencontres de Ludovic Duhamel, Rédacteur en Chef du magazine papier Miroir de l'Art.


Frédéric Arditi

Publié par Miroir de l'Art sur 2 Avril 2012, 15:55pm

5-BIS.jpgReconstitutions

 

Artiste aux aguets, à l’écoute du monde, un peu à l’image des écrivains contemporains qui s’inspirent directement des aléas de notre époque, Frédéric Arditi élabore une œuvre atypique et éminemment poétique. Le dessin y joue le premier rôle et ses bois gravés témoignent de sa maîtrise du trait et de sa perception toute personnelle des événements qui « secouent » notre quotidien. Nous plongeant au cœur de tableaux dominés par un fonds monochrome sur lequel se détachent les motifs, il nous incite à « reconstituer » un univers singulier, inspiré par le réel.

 

Se projettent sur ses tableaux ses thèmes de prédilection : figures solitaires, bestiaires, nus féminins, faits divers… Par l’apposition de motifs, il parvient à nous immerger dans une atmosphère singulière. Non pas en nous contant un événement – sa peinture n’est pas spécifiquement narrative au sens où on peut l’entendre ordinairement – mais en associant sur la rétine et dans notre esprit des objets et des êtres qui permettent la reconstitution d’un ressenti. Comme un poète peut apposer de la même façon des mots ou des concepts pour provoquer le rêve et l’édification, Frédéric Arditi entend donner du monde une vision morcelée qu’il s’agit ensuite pour le spectateur de recomposer à sa guise. Regard libre, inspiré notamment par la BD ou le cinéma indépendant, il retranscrit en images composites une époque si hétéroclite que nul ne saurait en donner une seule et unique lecture.

 

Les tensions entre les motifs, leur situation dans l’espace du tableau, les oppositions de formes créent de multiples possibles. Plusieurs lectures s’offrent ainsi et les détails occultés dans un premier temps par l’œil ajoutent encore de la complexité au fur et à mesure qu’il les découvre, qu’il les décrypte. Cette écriture multiple pourrait se noyer dans le contemporain si elle n’était dirigée par une rigueur et une cohérence qui l’investissent d’une évidence intemporelle.

 

L'exposition de Frédéric Arditi à la galerie Sellem (Paris 6e) commence à partyir du 7 avril.

 

10-BIS.jpg

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents