Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Miroir de l'Art

Le blog de Miroir de l'Art

Les coups de cœur, les coups de gueule, les belles rencontres de Ludovic Duhamel, Rédacteur en Chef du magazine papier Miroir de l'Art.


Hubert Nyssen

Publié par Miroir de l'Art sur 15 Novembre 2011, 15:40pm

Catégories : #Hommage

 

Il y a quatre ans, en 2007. Un matin de juin. Dans son appartement parisien, une rencontre de plusieurs heures, un agréable moment en toute décontraction. Hubert Nyssen me recevait pour évoquer son travail d’écrivain et d’éditeur, pour me parler de son amour de la littérature. Les premiers mots autour de Nina Berberova, de Paul Auster, traduit par sa compagne, Christine Le Bœuf, présente à ses côtés ce jour-là, et d’autres encore, dont Alberto Manguel, « La bibliothèque, la nuit ».

D’enthousiasmes en enthousiasmes, le nom de Wallace Stegner est apparu. Que je ne connaissais ni d’Eve ni d’Adam. Jamais entendu. Un écrivain américain qui vous emporte au cœur d’une prose riche et sonore, et dont il faut avoir lu, par exemple, « Angle d’équilibre ».

Et puis nous avons abordé le sujet « Actes Sud ». Le début de l’aventure. L’évolution de la maison d’éditions. « Aujourd’hui, me confia-t-il, nous publions un livre par jour. C’est donc un travail obligatoirement collégial. Une seule personne ne peut lire tout ce qui sort des presses ».

Nous avons parlé écriture. Ses romans. Ses Carnets aussi, sorte de journal tenu au jour le jour et disponible sur le net. A la date de notre entretien, du 7 juin il note «Longue interview ce matin, par Ludovic Duhamel pour un portrait à paraître dans Miroir de l'Art. Il y a parfois, dans ces reprises d'une même histoire, quelque chose qui est de l'ordre de l'écholalie. Il était une fois une grand-mère qui... Mais, comme pour les rêves, les souvenirs y trouvent leur charme et leur compte. Je devrais dire leur « conte ».

Nous lui avions consacré deux pages dans Miroir de l’Art n°11, et il avait eu l’élégance de m’envoyer un petit mot louant le ton du texte.

Voilà, à 86 ans, Hubert Nyssen a tiré sa révérence. Il reste ses livres parmi lesquels « Quand tu seras à Proust, la guerre sera finie » ou « les Rois borgnes ». Simples suggestions, bien entendu. A l'occasion de notre rencontre, il m’avait offert un petit opus qu’il m’est utile de relire de temps à autre, le titre vous en donne la raison : « La sagesse de l’éditeur » aux éditions L'oeil Neuf.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents