Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Miroir de l'Art

Le blog de Miroir de l'Art

Les coups de cœur, les coups de gueule, les belles rencontres de Ludovic Duhamel, Rédacteur en Chef du magazine papier Miroir de l'Art.


J'aime, j'aime pas...

Publié par Miroir de l'Art sur 1 Décembre 2009, 10:55am

 

Chaque jour, des milliers d’images nous assaillent. Il faut choisir son camp sur l’instant. Adhérer ou non. Emmagasiner ou laisser de côté. Aimer ou pas.


 

Il faut aller vite. Toujours. Passer d’une image à l’autre d’un œil exercé. Etre dans le rythme. Zapper. Choisir. Accepter. Refuser. Ce faisant, plus rien ne nous touche vraiment. Fondamentalement. Plus rien ne se stocke durablement dans nos mémoires saturées. Et, sournois, nous guette le danger de devenir blasé : ça ? Je l’ai déjà vu, et ça ? Aucun intérêt ! Comme si l’on fonctionnait à la façon d’infaillibles ordinateurs. J’aime, j’aime pas. Oui mais voilà, une œuvre d’Art, ce n’est pas une publicité pour un produit vaisselle, ou une marque de couches culottes, ni une émission de télé-réalité, ni un jeu pour qui veut devenir un idiot. Certes, tout n’est pas œuvre d’Art. Difficile de déterminer ce qui a droit de cité ou non. Mais impossible de le déterminer en quelques millièmes de secondes ! C’est trop sérieux, trop important, il en va de notre survie, il en va de notre avenir ! On peut ne pas apprécier telle ou telle œuvre. Mais après l’avoir jaugée, l’avoir analysée, même succinctement (diable, on ne peut pas y passer des heures je le conçois). Une peinture par exemple, celle d’un impressionniste, d’un cubiste, d’un abstrait comme celle d’un contemporain, ne se prend ni ne se jette d’un simple coup d’œil. J’ai sous les yeux un admirable ouvrage édité en 1946 : Dialogues sur la peinture d’Armand Drouant. L’auteur y explique en détail sur près de 200 pages grand format, avec force illustrations, comment approcher une peinture. Il propose une méthode autour des qualités physiques de l’œuvre (correction du dessin, hauteur du ton, distinction du ton, diversité des couleurs, sonorité, équilibre des volumes colorés, qualité de la matière) et autour des qualités « morales » (poésie, sincérité de l’émotion, sensibilité, simplicité, choix du sujet, intelligence du dessin, composition graphique, perspective, qualités décoratives, observation des valeurs). Nous sommes loin ici du zapping, et si la méthode peut paraître à des yeux amateurs un peu fastidieuse, elle rappelle qu’en matière d’œuvre d’Art, un jugement hâtif est souvent source d’erreur de jugement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents