Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Miroir de l'Art

Le blog de Miroir de l'Art

Les coups de cœur, les coups de gueule, les belles rencontres de Ludovic Duhamel, Rédacteur en Chef du magazine papier Miroir de l'Art.


Martin Hollebecq

Publié par Miroir de l'Art sur 23 Mai 2011, 08:46am

mh2-capteurs-de-lumiere-4.jpg

 

 

On commence à comprendre le sculpteur – l’ampleur de la tâche qui l’attend – le jour où l’on se décide à heurter deux cailloux l’un contre l’autre, cherchant à leur donner la vague forme d’un outil, la courbe d’un corps. Très vite, on abandonne, c’est impossible, à moins de se doter d’une infinie patience doublée d’une infinie indulgence pour le résultat final. Les cailloux se heurtant hurlent un langage qu’on ne comprend pas, à moins bien entendu, d’avoir dans le sang quelque chose de minéral, une ascendance granitique, et je ne dis pas une pierre à la place du cœur. Bref, pour devenir sculpteur, il faut être un peu dompteur, pas mal magicien, il faut être dur comme le burin, avoir une main de fer, l’esprit en perpétuelle fusion, ou quasiment. Alors, seulement alors, avec du doigté, et la ténacité nécessaire, on peut, à certaines heures, et dans quelques cas, voir la pierre ondoyer et révéler d’insoupçonnées voluptés, entendre la pierre chanter. Martin Hollebecq connait tous les sortilèges qui mènent à ce miracle, et connait surtout tous les secrets de la matière. Avec lui, la pierre bleue semble se mettre en quatre, se plier en deux, pour accéder au moindre de ses désirs. Le résultat est toujours inattendu. A tel point que l’on douterait du long processus qui lui a permis d’aboutir à une œuvre où la pierre apparait tordue, inclinée, domptée, où elle exprime un infini lyrisme, où elle chante. Comme si, d’un claquement de doigt, il avait le pouvoir insensé de déplacer les montagnes, d’ériger des sculptures formidables de prouesses techniques… Martin Hollebecq donne à la pierre un élan comme surgi du cœur de la matière. Se perçoit dans ses œuvres l’essence même de la pierre, une réminiscence d’un temps où tout était en mouvement, où tout ne faisait qu’un. Ses sculptures marient le passé et le présent dans une poésie pure comme du cristal de roche.

 

Où voir ses oeuvres ?

Galerie Emeraude, Le Touquet (62)

Galerie GNG, Paris 6e.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents