Visuel-La-Pieta.jpg Du premier ouvrage de Gregor Podgorski...

 

CE-AudreyB.jpg aux images d'aujourd'hui...

 

Paris au mois d’août. L’occasion de rencontrer les artistes qui n’ont pas pris la poudre d’escampette. Aux portes de Paris, là où d’ordinaire il faut endurer les bouchons pour parvenir à ses fins, c’est un peu plus « roulant » que d’habitude, même s’il faut parfois s’armer de patience… Bon, j’arrive à Fontenay sous Bois (après Vincennes) sans trop de souci, pour découvrir le bel atelier de Gregor Podgorski, grand gaillard d’origine polonaise, à la faconde superbe. Photographe, après avoir tâté de la peinture, il est également l’organisateur d’ArtCité, manifestation d’art contemporain qui se déroule chaque année à Fontenay sous Bois (cette année, du 1er au 27 octobre). Une centaine d’artistes ont été sélectionnés et à l’occasion du vernissage (le samedi 6 octobre), Miroir de l’Art remettra un prix (un prix d’encouragement en quelque sorte) à un artiste dont le talent mérite attention. Pour l’heure, je viens voir Gregor rapport à la prochaine exposition de ses photographies, exposition intitulée « Cadavres exquis » qui aura lieu à Fontenay sous Bois, à la Maison du Citoyen, du 3 au 25 septembre. « Cadavres exquis est une démarche purement argentique, m’explique-t-il, avant d’ajouter : Réalisée sans aucune retouche ni bidouillage numérique, c’est une exposition à contre-courant. Des quarante-mille ektas qui m’ont servi pour mes deux précédents ouvrages, il ne reste rien ou presque : comme dans un jeu surréaliste, jour après jour, le vent, la pluie et le soleil, ont déformé les films, qui étaient restés dans des cartons à l’extérieur, ajoutant des matières, nuançant les tons, imposant des cassures… ». Cadavres exquis est donc le troisième volet d’un travail entamé en 1999, avec « La Pieta » et « C’est la vie ». Il s’agissait en l’occurrence de photographier des couples, en partant de la célèbre Pieta de Michel-Ange. Chaque couple est photographié nu dans une mise en scène particulière qui lui est propre… Quarante mille prises de vue pour n’en choisir que cinq cents… On sait ce qu’il est advenu des négatifs… C’est à découvrir à la Maison du citoyen de Fontenay sous Bois !

Retour à l'accueil