mariontivital002B.jpg

Marion Tivital photographiée par Fanny Bégoin

 

Vincennes, la semaine dernière. Marion Tivital nous accueille, tout sourire. Le hasard a voulu que nous ne nous soyons jamais encore rencontrés, et pourtant sa peinture a eu les honneurs de la couverture du numéro 16 de Miroir de l’Art (le dernier à avoir été diffusé en kiosque), voici quelques années. Une peinture qui mérite un regard attentif et qui emporte dans un univers poétique, aux abords des friches industrielles et agricoles dont elle sait révéler la beauté plastique. La conversation qui s’engage avec Marion, vous en aurez la primeur dans le numéro du mois de février. Pourtant je ne résiste pas au plaisir de vous livrer un petit extrait, ou plus exactement de vous donner à lire quelques lignes du mail qu’elle m’envoie à la suite de l’entretien : « A toutes ces personnes qui vous reprochent d'aimer les couleurs sombres dites "tristes", je pense qu'elles ne s'autorisent pas à se laisser aller à la tristesse, à regarder un peu la face sombre des choses. Que ça leur fait peur. Comme tout ce qui peut faire penser à la mort d une façon plus générale. Et qu'ils sont dans une spirale pas très lucide genre méthode Coué : la vie est belle, soyons gai, n’aimons que les couleurs vives ! Bon, j’exagère un peu bien sur. En tout cas, ne changez rien, votre revue est très bien avec ses choix ! » Quelques mots qui font plaisir, bien entendu, et qui viennent alimenter ce fameux débat autour des couleurs dans la peinture, ou des sujets qu’elle véhicule. Pour revenir à Marion Tivital, ne manquez pas l’exposition de ses dernières œuvres à l’Atelier 2 à Villeneuve d’Ascq (59), à partir du 18 janvier, et jusqu'au 23 février !

 

site-industriel-155-100x100.jpg

Site industriel,155, huile sur toile, 100 x 100 cm, 2011. 

Retour à l'accueil